Sélectionner une page

4 réflexions sur le dessin

image de nu féminin par Eigon Shiele

Femme nue dessinée par Eigon Shiele

 

Introduction à l’article 4 réflexions sur le dessin

A quoi sert le dessin. 

Le dessin est la respiration de la peinture.

Dessiner à l’envers. 

Dessiner au fusain.

Conclusion. 

 

 

 

4 réflexions sur le dessin

L’apparence simple des dessins de Matisse. Matisse dessinait avant de peindre.

Beaucoup de débutants lorsqu’ils viennent me voir me demandent si, pour peindre il est important de savoir « bien dessiner » avant de peindre. Bien que je n’aie pas subi une éducation chez les jésuites je réponds généralement à cette question par une autre question : Qu’appelle tu savoir « bien dessiner » ?

En effet je dirais qu’il y a deux types de dessins, d’une part les dessins d’observation où l’enjeu est de trouver un grand nombre de points de ressemblance avec un modèle, que ce soit sur le motif ou sur une photographie. Et puis il existe une autre forme de dessin, qui sert plutôt à se rapprocher d’une écriture personnelle, une manière d’aborder l’imaginaire et le réel en même temps et qui malgré l’apparente liberté qu’elle semble proposer est bien plus difficile à appréhender pour les débutants.

Donc je dirais pour résumer qu’il est nécessaire d’apprendre au moins les bases du dessin et surtout de s’entrainer régulièrement à dessiner. C’est une sorte de gymnastique un entrainement qui permet à la main et au cerveau de mieux communiquer ensemble. Au début c’est assez fastidieux mais à la longue la liste des avantages est innombrables.

Dessiner avant de peindre dessiner avant de peindre, est encore plus évident pour les auteurs de bande dessinée. Ici un exemple avec cette illustration de Enki Bilal

Ne serait-ce que connaitre les lignes de force d’une composition si l’on veut peindre par la suite est indispensable. Si vous voulez dessiner des paysages connaitre un minimum de perspective est aussi important. Si vous voulez peindre un visage il faut savoir aussi à quel endroit placer les yeux, les oreilles, bref ça ne s’improvise pas vraiment à moins d’être un génie spontané. Et j’avoue que je n’en ai pas vu beaucoup depuis que j’enseigne le dessin et la peinture depuis une vingtaine d’années.

A quoi sert le dessin

dessin avant de peindre Avant de peindre et sculpter. Alberto Giacometti dessinait à sa façon reconnaissable immédiatement entre toutes des visages sans que son crayon ne quitte le papier. Un trait ininterrompu qui lui permettait de repasser sur certaines parties pour insister sur des zones d’ombres.

Pour un peintre le dessin sert à prendre des notes. Imaginez un écrivain, il n’écrit pas un roman de la première à la dernière ligne sans avoir un peu réfléchit au plan de son travail, sinon il sera vite perdu dans les méandres de son intrigue, ils se mélangera dans les noms de ses personnages, peut-être n’arrivera t’il pas non plus à doser ses chapitres correctement ou s’il ne sait pas poser des cliffhanger au bon moment pour tenir le lecteur en haleine et l’entraîner ainsi de page en page à poursuivre sa lecture.

Voici une vidéo de René Milone qui traite également de ce sujet

Bien que la peinture soit pour beaucoup une activité de loisirs et que la mode actuelle soit à l’intuition et à la liberté d’expression, ce dont je me réjouis, ces deux mots nécessitent tout de même d’être un peu creusés avant de les utiliser à la légère.

L’intuition n’est pas quelque chose qui tombe du ciel comme on le croit souvent à tort. Avant d’avoir des intuitions en peinture il y a avant tout beaucoup de travail à réaliser c’est ce que l’on appelle l’expérience.

Si l’on prend l’exemple de conduire une automobile, rappelez vous la difficulté de départ à appuyer sur l’embrayage ou le relâcher pour effectuer les premiers mètres et regardez aujourd’hui comment vous n’y pensez même plus.

C’est que vous êtes passé d’une incompétence à une compétence. Et grâce à cela vous pouvez désormais conduire un véhicule sans avoir à réfléchir à tout un tas de choses qui vous effrayaient au début.

En peinture on croit souvent que l’acte de créer est proche de la magie lorsque on  débute. Et, si,  par malheur, on réussit ses premières toiles, on va reculer une échéance obligatoire à mon sens:

C’est la prise de conscience de son incompétence.

Tant que vous n’aurez pas atteint ce premier point, à savoir que vous ne savez rien, tant que vous n’en êtes pas absolument   certain, alors vous vous leurrerez sur vos aptitudes à peindre.

Je vais vous avouer une chose qui vous étonnera sans doute mais plus j’avance en âge, plus je me rends compte de l’immensité des choses que je ne sais pas dans le domaine des arts plastiques, et dans une myriade d’autres choses également.

Cependant la créativité prend aussi sa source à mon avis dans cette certitude d’avoir encore devant soi un vaste champ de possibles. Conserver l’esprit du débutant est essentiel pour accueillir l’accident, la maladresse comme des événements neutres. En tirer partie est une question ensuite de « point de vue ».

Le dessin est la respiration de la peinture.

Comme un musicien fait des gammes, un sportif s’entraîne, un peintre devrait également dessiner le plus souvent possible. Le dessin est une respiration pour celui qui peint. Il fait fonctionner une autre partie du cerveau probablement, plus analytique.

Une astuce pour ceux qui s’engagent dans la peinture à l’huile et de travailler avec à la fois le coté analytique et le côté « intuitif » ou créatif du cerveau. Les deux s’alimentent l’un l’autre. Le dessin permet de déterminer une structure à l’avance, une composition, des plans, tout ce dont le peintre aura besoin pour laisser ensuite aller sa créativité sur la toile.

Dessiner à l’envers

Pour ne pas être hypnotisé par le sujet et l’idée de la ressemblance une autre astuce que je donne à mes élèves lorsqu’ils désirent travailler depuis une photographie est de la mettre à l’envers, et ainsi de reproduire le sujet sur la feuille posée elle aussi à l’envers. De cette façon on ne s’intéresse plus au sujet lui-même mais aux masses aux lignes qui le constitue.

Si vous peignez des abstractions vous verrez rapidement l’avantage de ne pas rester figé sur un seul sens de votre tableau. En le tournant dans différents sens vous trouverez des pistes nouvelles de travail. Et en tous cas vous verrez plus rapidement ce qui ne fonctionne pas, les déséquilibres. Ou s’il y a trop de lignes verticales ou horizontales et ainsi corriger plus aisément vos compositions. Lorsqu’on dessine ou peint regardez vos œuvres de loin, et si vous en avez la possibilité regardez les aussi dans un miroir. Le fait de les voir ainsi permet mieux de voir les défauts, ce qui ne tient pas debout.

Dessiner au fusain.

Vous pouvez dessiner à la mine de plomb lorsque vous vous promenez, sur un carnet. Mais sur la toile je vous recommande d’utiliser des fusains de façon à ne pas laisser de marques. Le fusain se dépose en poudre et est assez facile à effacer. De plus vous pouvez également rajouter des traits de fusain une fois votre couche de peinture sèche pour repréciser quelques lignes, quelques masses avant de passer les couches suivantes.

Conclusion de l’article « 4 réflexions sur le dessin »

Je reviendrai sur le dessin en lui-même à de nombreuses reprises dans les articles de ce site. Mais à la question « faut-il savoir dessiner pour peindre » je dirais donc oui tout en apportant un bémol.

Vous n’avez pas besoin de savoir « très bien dessiner » c’est-à-dire comme l’entendent la plupart des gens en reproduisant fidèlement, servilement votre sujet si vous réaliser de la peinture figurative. Vous devez savoir dessiner de façon analytique surtout, savoir à quoi sert chaque trait, chaque masse, chaque ombrage que vous réalisez.

Il existe de même qu’en peinture de multiples façons de « lâcher prise » en dessin. Vous pouvez tenter de dessiner de la main gauche si vous êtes droitier par exemple, vous pouvez vous attacher seulement aux masses en utilisant un fusain sans pour autant insister sur les détails.  Vous pouvez vous amuser à dessiner à l’envers. A porter également votre attention sur les formes positives et négatives de votre sujet.

Vous trouverez quelques exemple de peintures de visages que j’ai réalisés et qui sont purement imaginaires. Ces visages je les ai peint directement sur la toile mais j’ai tout de même été obligé de dessiner au pinceaux les éléments fondamentaux qui permettent de comprendre qu’il s’agit de visages. Cette reflexion sur le dessin ne serait pas complète si je ne vous disais pas que l’on peut corriger en cours de réalisation un tableau, son aspect graphique tout au long du processus de réalisation de celui-ci. C’est une façon parmi d’autres de montrer la présence perpétuelle du dessin dans la peinture.

https://pblanchon.com/femme-sous-la-pluie/

Voici une  vidéo d’un peintre, Sylvain Loisant qui fait une démonstration à partir d’une photographie d’un croquis préparatoire et qui traite aussi de cette question importante de la nécessité du dessin pour peindre.